Autres vies changées
En 2002, nous étions un couple alcoolique suite à des vies difficiles. Malgré les cures, nous replongions toujours dans l’alcool. Nous étions arrivés à un point où Joël ne pouvait plus marcher. Il fit une dernière cure et stoppa complètement l’alcool.
Mais une semaine après, Françoise fit une pancréatite alcoolique aigüe.  Nous sommes partis aux urgences et Françoise tomba dans le coma. Elle fut emmenée aux soins intensifs, fit une crise de délirium, qui se suivit d’une perte totale d’elle-même. Les médecins recommandèrent à Joël de lui dire au revoir…
Toujours dans le coma, Françoise fut malgré tout transférée à Nantes.
Joël, qui ne croyait en rien, fut surpris par la phrase du médecin qui lui dit « il ne reste plus qu’à prier » alors que ce dernier ne laissait plus que 2h de vie à Françoise.
Joël eut le réflexe de téléphoner à sa sœur chrétienne évangélique dans le sud de la France, et une chaine de prière entre chrétiens se constitua pour prier pour le salut de Françoise.
Le temps s’écoula ainsi et toutes les 2h, les médecins accordaient à Françoise une sursis de 2h … et cela pendant 3 semaines…
Tout compte fait, une opération fut envisagée et sur le conseil de la sœur chrétienne, un pasteur vint au chevet de Françoise prier pour elle et soutenir Joël. À la surprise de tous, Françoise revint à la vie dans une paix extraordinaire, sans aucune douleur malgré l’importance de l’opération.
De retour à l’hôpital d’Ancenis, le corps médical qui avait accueilli Françoise quelques semaines auparavant, n’en revenaient pas. Lorsque que l’on raconta à Françoise ce qui c’était passé, elle prit conscience de l’intervention de Dieu dans sa vie grâce aux prières des chrétiens. Joël non plus ne pouvait pas rester indifférent devant un tel revirement de situation et l’intervention providentielle de Dieu.
Évidemment l’histoire ne s’arrête pas là, continuant à écouter régulièrement l’évangile, Dieu continua aussi à leur révéler son amour, sa patience et sa puissance par de multiples interventions. Gloire à Dieu qui règne et qui bénit.       J.&F.A.