Question/Réponse

Jésus a-t-il vraiment existé ?

Oui, d’ailleurs il faut relever que les opposants à Jésus se sont toujours manifestés, et ce dès le début, rejetant soit sa divinité soit son humanité … mais jamais son existence

C’est seulement au 18e Siècle, où le principe de recherche était de tout remettre en cause, que la question de l’existence de Jésus se posa.

De très nombreux ouvrages chrétiens en témoignent : En plus d’être abondants, ils confirment aussi la validité des textes que nous possédons :

À titre de comparaison, nous possédons quelques dizaines d’exemplaires de manuscrits d’Aristote, Platon ou Homère … et nul ne doute de leur authenticité. Pour la Bible, c’est presque 6000 manuscrits dans les langues originales (hébreux et grec essentiellement) que nous possédons … dont 4680 rien que pour le pour le Nouveau Testament. « L’histoire racontée dans la Bible, et surtout celle qui concerne Jésus, est sûrement l’une des plus documentées de toute l’Antiquité.»

Ce qui fait douter certains, c’est que les sources non chrétiennes sont peu nombreuses :

- Flavius Josèphe, le plus important historien Hébreu de l’époque (né à Jérusalem en 37 et mort à Rome vers l’an 100), en parle explicitement dans ses Antiquités Judaïques, (écrites vraisemblablement en l’an 93 ou 94) il parle de"Jésus, celui que l’on appelle Christ" ainsi : "À cette époque, vivait un sage du nom de Jésus. Sa conduite était bonne, et il était estimé pour sa vertu. Nombreux furent ceux qui, entre les habitants de la Judée et les autres nations, devinrent ses disciples. Pilate le condamna à être crucifié et à mourir. Mais ceux qui étaient devenus ses disciples n’arrêtèrent pas de suivre son enseignement. Ils racontèrent qu’il leur était apparu trois jours après sa crucifixion et qu’il était vivant. C’était peut-être le Messie dont les prophètes avaient raconté tant de merveilles." (Antiquités XVIII, 3, 3)

Un second passage qui parle de l'exécution en 62 de Jacques, où, il nomme Jésus comme point de repère  « le frère de Jésus qu'on appelle Messie »

- Quelques historiens romains plus tardivement, en font également référence dans leurs annales : Pline le jeune, Tacite, Suétone qui écrit :« L’empereur chassa les juifs qui, sous l’instigation de Christ, sont des causes continuelles de désordre ».

Si les traces d’historiens ne sont pas si nombreuses, elles s’expliquent par la volonté même de Jésus à ne pas avoir voulu être un personnage historique : de par son origine modeste et son attitude si ordinaire " il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire Esaïe53/2" ; Par la courte période de 3 ans de son ministère public, par son absence de recherche de conflit politique avec les Romains, par l’habitude de l’époque qu’un maître soit accompagné de disciples (et en petit groupe en plus Matt.10/27) , par la manière de faire de Jésus pour éviter de se faire connaître : demandant aux guéris de ne pas le dire publiquement Matt.8/4et30  en restant au dehors des villes si sa réputation le précédait, par sa mobilité dans ses déplacements et la banalité, pour l’époque, de sa mort par crucifixion…

Jésus n’a pas cherché à marquer l’histoire, mais les cœurs, et c’est la même chose aujourd’hui !

A noter que ce qui parle le plus en faveur de l’existence de Jésus, n’est pas sa simple existence, mais l’accomplissement de centaines de prophéties annoncées des siècles avant sa venue.

Oui l’existence de Jésus est une évidence, ceux qui cherchent des raisons d’en douter en trouverons, car Jésus est surtout celui que l’on rencontre, plus que celui dont on discute.